Relions nos énergies pour innover !

Patricia Ardillier - Humanninov

Interview de Patricia Ardillier, Présidente Fondatrice de Humaninnov, Fondation sous égide de la fondation FACE.


Patricia, pour vous, l’intelligence collective n’est pas un phénomène nouveau mais en pleine mutation. Qu’entendez-vous par là ?

L’intelligence collective a toujours été au cœur du développement des entreprises et des territoires, mais elle prend aujourd’hui des formes nouvelles sous l’effet de technologies qui arrivent à une certaine forme de maturité. Sur fond d’une culture de la mobilité émergente, de la massification d’Internet, et d’une explosion des fonctionnements en réseau, les frontières qui pouvaient auparavant la canaliser ont fondu. Cette porosité se traduit par une pluralité des intelligences collectives et surtout une intelligence qui se place en périphérie.

Les crises que nous traversons ces dernières années nécessitent la mise en place d’un nouveau cercle vertueux basé sur un carré magique :
• Mobilisation et développement de l’engagement des acteurs,
• Renforcement de la gouvernance et de la démocratie sociale,
• Recherche de solutions novatrices pour faire baisser les coûts de production (comme le partage de compétences entre les grands groupes et PME ou la mise en place de contrat d’engagement à l’échelle d’un territoire entre les PME et les grands donneurs d’ordre),
• Refonte de la gouvernance pour laisser place à la libération des énergies entre tous les acteurs d’un territoire.

Aujourd’hui, la compétitivité seule ne suffit plus car nous vivons dans une économie complexe dans laquelle la circulation de l’information et les interactions jouent un rôle essentiel. Il faut libérer les énergies, créer, innover, entreprendre, prendre des risques. Il faut privilégier le travail, l’effort et le mérite, l’engagement, la mobilisation. Cela appelle à une totale refonte de la façon d’innover et de créer au sein des villes.
Cette organisation de libre circulation entre les acteurs, est exactement ce que Humaninnov, Fondation que je préside sous égide de la fondation d’utilité publique FACE, lance sur des territoires pilotes grâce à la mise en place de nos Humaninnov Labs, véritables laboratoires d’innovation sociale et de mobilisation destinés à :
• créer l’accélération du passage des idées entre les femmes et les hommes,
• susciter la capacité innovatrice des uns et des autres,
• favoriser la rencontre entre les acteurs du système territorial (grandes et petites entreprises ; entreprises et institutions ; entreprises et le monde académique ; entreprises et citoyens …),
• faciliter ainsi la création d’une enveloppe culturelle commune.

Nous nous inspirons de méthodes et pratiques territoriales franco/canadiennes, largement pratiquées depuis 2010 dans des métropoles comme Montréal mais aussi Lyon qui sont des exemples de Métropoles Villes Intelligentes dans le monde. Ces laboratoires sont entièrement désignés par des experts de l’intelligence collective et de la mobilisation, réunissant une équipe Franco-Québécoise.
Notre laboratoire d’innovation sociale et de mobilisation est spécifiquement conçu pour répondre aux enjeux de la Fondation Humaninnov, pour stimuler la capacité innovatrice de femmes et des hommes et pour organiser le partage d’expérience au sein des territoires pour faire naître la culture Intelligence Collective = Innovation = performance.

Pouvez-vous nous expliquez en quoi ces défis de transformation culturelle touchent l’ensemble des entreprises, des institutions et des villes ?

Les très petites entreprises, sont celles qui, dans les territoires, prennent des risques, innovent, créent et développent. Elles représentent une des clés de l’objectif de réduction du chômage et de retour à la croissance car elles sont porteuses d’emplois durables et localisés sur nos territoires. De plus, ce phénomène est international. L’entreprise est une communauté de destin à l’origine de laquelle il y a des femmes et des hommes qui prennent des risques, investissent leurs temps, leur énergie et leurs moyens. Il s’agit parfois de réaliser un rêve, une ambition ou simplement de tester une idée. Créer une entreprise est un acte de volonté et de courage.

Les deux caractéristiques les plus frappantes de la période de grande mutation que nous traversons, et dont l’effet premier est la crise, sont : une complexité extrême et une accélération de l’information et de l’innovation. Les défis se ressentent encore plus vivement à l’échelle des entreprises et des villes : la densification des populations contraint la liberté de mouvement, l’efficacité énergétique est devenue une nécessité partagée… Ces tendances de fond conduisent à l’éclatement des modèles qui ont dominé ces dernières décennies.

Cette dynamique culturelle, véritable patrimoine entrepreneurial, doit passer la frontière de l’entreprise. Nous devons développer cette inspiration dans le monde académique, au sein des institutions, mais aussi à la l’échelle des citoyens. Simplifions donc la vie des acteurs d’un territoire pour qu’ils puissent partager entièrement leurs projets et donc participer activement au redressement économique de leur pays. Telle est l’ambition de nos Humaninnov Labs.

Patricia ARDILLIER